Dès la fin du mois de juin 1940, la partie ouest de la Dordogne est massivement occupée par les troupes victorieuses du Troisième Reich après un effondrement militaire sans précédent de l’armée française. La ville de Ribérac est ainsi occupée quelques jours avant que l’armée allemande parte s’installer à quelques kilomètres sur la partie officiellement située en zone occupée.

     Le Ribéracois et le Verteillacois sont cette époque, à l’image du pays, coupé en deux par la ligne de démarcation, ce symbole de l’humiliation  française qui modifie profondément l’organisation sociale, politique et économique des territoires et de ses habitants qui deviennent des frontaliers et voient leur vie quotidienne bouleversée. C’est aussi l’époque des passages clandestins et de l’organisation des premiers réseaux de Résistance bien avant la création des maquis.

     Plus tard, en 1944, la montée en puissance de la Résistance contre la machine de guerre allemande entraîne l’intervention de la division Brehmer qui sème la terreur en perpétrant des crimes de masses le 26 mars 1944 à Ribérac et dans la forêt de la Double.

     L’auteur, qui n’élude aucun aspect de cette période complexe, évoque l’action des maquis mais aussi les exactions des faux maquis et de la Milice puis le temps des combats de la Libération de l’été 1944. Il présente également pour la première fois dans cet ouvrage de nombreuses photographies et documents inédits retrouvés en Allemagne ou dans les familles du Ribéracois et du Verteillacois. 

189 pages, 49 photos et documents

25 euros + 6 euros de port (31)

Les années de guerre en Ribéracois et en Verteillacois

Photographies, documents et témoignages (1940-1944)

 

© 2014 réalisation Anaïs Taimiot graphiste.